Pubs

1 2 »

Venue de Boeing au Québec… pour un projet d’hydroliennes!

Written by cgelinas. Posted in Hydrolienne

Et oui, on pourrait voir notre industrie de fabrication d’hydroliennes prendre du galon avec la venue de la société Boeing qui aimerait s’associer à une entreprise d’ici, soit RSW RER, pour des turbines sous-marines qui peuvent produire de l’électricité de manière propre et durable.

deco_pauline_marois_a_davos_2013

Pauline Marois doit bientôt faire une annonce formelle à propos de la venue de Boieng au Québec mais pour l’heure, on peut se réjouir de voir un géant de l’industrie se tourner vers l’énergie hydrolienne, en collaboration avec une entreprise québécoise qui pourrait gagner gros.

C’est après avoir assisté au Forum économique mondial à Davos, en Suisse que la première ministre du Québec a fait l’annonce, alors qu’elle se trouvait au Royaume-Uni pour tenter « de développer et de consolider les échanges commerciaux » qu’entretient le Québec avec les Britanniques.

deco_wef_2013

En tant que seul projet concret qui semble être ressorti des rencontres à Davos, le partenariat entre la société québécoise RSW RER et le géant de l’aéronautique Boeing pour le développement d’hydroliennes va assurément avoir des retombées économiques intéressantes.

Voici d’ailleurs un extrait du communiqué de presse officiel du gouvernement du Québec, à propos du voyage en Europe de Pauline Marois:

« Dans la foulée de ces rencontres, la première ministre a indiqué que le gouvernement du Québec a signé une entente de principe avec l’entreprise RSW RER ltée et la compagnie Boeing pour le développement au Québec d’un projet pilote de production d’hydroliennes destinées aux marchés internationaux.

Les détails du projet, qui contribuera à positionner le Québec comme leader dans le développement des technologies d’énergies propres, seront dévoilés lors d’une annonce au Québec. »

On comprendra que Boeing et RSW RER avaient déjà entamé leurs discussions mais le fait que celles-ci débouchent sur du concret a de quoi encourager ceux qui suivent les développements, dans le domaine des hydroliennes.

Le Québec a tout à gagner en misant sur la force des courants marins pour produire de l’électricité. Cette industrie pourrait créer beaucoup de richesse, ici, surtout si l’on trouve de bons moyens pour exporter nos produits finis et les services spécialisés qui doivent, en principe, les accompagner (comme l’entretien et le suivi technique).

Ainsi donc, il se pourrait que l’hydrolien soit plus souvent dans les médias, au cours de la prochaine année… et après!

Des panneaux solaires à petit prix pour alimenter votre maison en énergie verte

Written by cgelinas. Posted in Énergies, Solaire

Avez-vous déjà calculé combien d’argent vous envoyez à Hydro-Québec, à chaque mois?

150$, 200$, 250$ ou plus? Chaque mois? C’est indécent.

Imaginez, en payant 150$ par mois, vous déboursez 1,800$ par année et 18,000$ sur une période de 10 ans. Pire encore, sur 50 ans, ça totalise quelques 90,000$.

90,000$ sur 50 ans.

Ayoye.

Pas surprenant qu’Hydro-Québec soit si riche!

C’est VOTRE ARGENT qui enrichit ce monopole d’État.

En fait, le pire cauchemar d’Hydro-Québec, c’est de vous voir vous poser des questions à propos des énergies vertes et les façons de diminuer et même d’éliminer votre dépendance au réseau électrique publique.

Pourquoi?

Parce que le jour où vous commencez à vous poser des questions, vous obtiendrez des réponses qui vous permettront de faire un pied-de-nez à Hydro-Québec, pour toujours.

Prenez cet ingénieur américain qui a perdu son emploi en raison de compressions et qui a décidé de créer son propre système électrique solaire, après en avoir installé pour des gens plus riches. Il a perfectionné une méthode (en anglais) pour construire, installer et opérer ses panneaux solaires à moindre coût.

Par exemple, au lieu de payer 20,000$ à un installateur professionnel pour quatre panneaux solaires de 250W (ou 1,000W au total), avec les instructions de cet ingénieur, vous pourrez y arriver pour environ 1,000$. Ça vous prendra moins de temps et d’effort que vous ne le pensez et cet ingénieur a même préparé plusieurs heures de vidéos détaillées pour s’assurer que vous puissiez facilement atteindre vos objectifs.

Imaginez le bonheur d’avoir élaboré votre propre système d’énergie solaire à une fraction du coût d’une installation « standard »!

Économiser autant d’argent pour l’installation aura un effet carrément thérapeutique sur vous et que dire des factures mensuelles d’électricité d’Hydro-Québec qui auront diminué… peut-être même jusqu’à zéro? C’est ça votre objectif!

Apprenez comment prendre le contrôle de votre avenir énergétique.

Ne laissez plus à Hydro-Québec le plaisir de vous appauvrir, chaque mois. Installez votre système de captation et de desserte d’énergie solaire domestique et vous serez enfin capable d’utiliser cet argent pour… autre chose!

Convertissez votre maison à l’énergie verte

Written by cgelinas. Posted in Énergies, Éolienne, Solaire

Une fois votre maison construite, vous réalisez rapidement que la facture mensuelle d’électricité vous soutire beaucoup d’argent que vous pourriez garder si seulement vous aviez converti votre maison à l’énergie verte.

En tout ou en partie, la conversion de votre maison à l’énergie verte vous fera économiser beaucoup d’argent et vous protègera des pannes électriques provenant du réseau (« power grid »), comme dans le cas de la crise du verglas, en 1998, au Québec.

Que diriez-vous d’apprendre comment construire votre infrastructure électrique domestique basée sur l’énergie solaire et éolienne? Que diriez-vous de connaître les trucs pour y arriver facilement et à très bas prix?

Et bien, c’est possible grâce à ce nouveau guide d’utilisation accessible à tous (en anglais) qui regorge d’instructions précises et d’illustrations détaillées.

Vous apprendrez comment bâtir vos propres panneaux solaires et vos éoliennes (parce que vous pouvez en avoir plusieurs).

Au Québec, Hydro-Québec joue l’arrogance en ne vous payant PAS pour l’énergie électrique que vous retournez au réseau. Ils prendront votre énergie en trop mais ne vous paieront pas! C’est révoltant mais au moins, vous aurez la satisfaction de savoir que vous ne paierez plus jamais une de leurs factures mensuelles.

L’énergie solaire et éolienne est gratuite, renouvelable et illimitée.

En l’utilisant, vous prenez le contrôle de votre approvisionnement énergétique domestique et surtout, vous apprenez comment vous libérer du monopole québécois de production et de distribution de l’électricité.

Au pire, vous pouvez commander le manuel d’instruction et embaucher un entrepreneur pour faire le travail manuel, pour vous. Ce n’est vraiment dispendieux lorsqu’on considère les économies qui ont lieu une fois qu’Hydro-Québec n’a plus le monopole sur l’électricité consommée dans votre maison.

Faites-vous confiance, vous pouvez le faire, vous aussi!

Profitez de l’énergie du soleil et du vent pour enfin vous libérer d’Hydro-Québec et de ses factures mensuelles de plus en plus coûteuses.

De l’eau chaude grâce à l’énergie solaire

Written by cgelinas. Posted in Énergies, Solaire

De l’eau chaude? Nous en avons tous besoin!

Pour la douche, les bains, le lavage des mains, le lave-vaisselle et la laveuse à linge, c’est clair que l’eau chaude nous permet de profiter pleinement de la vie moderne mais à quel prix?

L’eau chaude n’a cependant pas nécessairement besoin d’être chauffée via un chauffe-eau (ou « tank à eau chaude »).

En effet, vous pouvez installer un système de chauffage de l’eau faisant appel à l’énergie solaire. Si vous ne savez pas comment faire, ne vous en faites pas, il existe un excellent guide (en anglais) pour le faire pour environ 100$ avec des pièces que vous pouvez trouver chez votre quincailler!

Pourquoi vous donner le trouble de chauffer votre eau via l’énergie renouvelable du soleil? Parce que…

  • Vous pourriez diminuer votre facture électrique du tiers, ou plus;
  • Vous aurez de l’eau chaude même lors des pannes d’électricité;
  • Vous économiserez pendant des décennies;
  • Votre débit d’eau chaude sera plus important et constant.

En plus, vous aiderez l’environnement!

La personne qui veut s’installer un chauffe-eau solaire doit prévoir environ un week-end pour le faire. Les pièces sont faciles à trouver et du moment où vous avez accès à une surface ensoleillée (comme un toit), le système est assez facile à installer.

Chauffe-eau solaire

Ce système fonctionne même dans les climats froids comme en hiver, au Québec. Vous verrez la différence dès votre première facture d’électricité. Hydro-Québec n’aimera pas ça mais bon, ce n’est pas votre problème!

Ça vaut vraiment la peine de le faire pour votre maison parce qu’après, vous saurez comment faire et pourrez aider tous vos voisins à le faire, eux-aussi. Qui sait, ça pourrait même devenir un lucratif emploi d’appoint, pour vous.

Il n’y a rien de bien malin à ce système mais avec les bonnes instructions, vous verrez, c’est bien plus facile que vous ne le croyez!

Diversifier les modes de production d’énergie

Written by cgelinas. Posted in Général

La fenêtre d’opportunité qui se présente à nous de diversifier nos modes de production d’énergie en est également une où nous pouvons prioriser le développement durable.

Les hydroliennes font partie de cette offre de modes de production d’énergie verts et propres.

Alors que la catastrophe nucléaire de Fukushima continue de nous hanter, surtout au Japon mais partout dans le monde à cause des vents, des courants océaniques, du commerce et du tourisme, l’alternative hydrolienne prends tout son sens pour produire une partie de notre énergie en toute sécurité et de manière réellement durable.

Les modèles d’hydroliennes varient selon l’endroit où ils sont pressentis pour fonctionner, à savoir aux embouchures des fleuves ou dans de plus petits cours d’eau, tout aussi utiles même s’ils génèrent moins d’énergie.

En fait, en quadrillant de manière stratégique et étudiée le sous-sol de nos cours d’eau avec des hydroliennes, nous serons mieux équipés pour générer l’énergie dont nous avons besoin sans devoir recourir au nucléaire qui, comme nous l’avons constaté à Fukushima, dépasse complètement les moyens dont l’homme dispose pour contenir une fuite (et ses effets mortels, sur les humains, la faune et la flore).

Les populations locales seront généralement heureuses de recevoir des hydroliennes qui seront moins dépendantes de coûteuses lignes de transmissions qui, au Québec, doivent traverser d’immenses territoires.  C’est d’ailleurs surprenant de constater l’absence d’enthousiasme des politiciens pour l’hydrolien. Pire encore, Hydro-Québec ne joue pas son rôle de meneur dans cette importante filière où nous pourrions consolider notre position de leader mondial de la production d’énergie propre.

Les Québécois doivent continuer à s’intéresser à l’hydrolien et à partager, entre eux et avec les élus, leurs connaissances liées à ce mode de production d’énergie. D’ailleurs, si nos pouvoirs publics (fédéral, provincial et municipal) refusent de profiter du potentiel presque infini des hydroliennes pour produire de l’énergie, il faudra que les individus et les compagnies s’en occupent.

Il est facile d’imaginer une communauté riveraine financer l’installation et l’opération d’une ou deux hydroliennes pour diminuer la dépendance au réseau d’Hydro-Québec qui, soulignons-le, coûte de plus en plus cher. Alors que la société d’État trahit les Québécois en finançant des taux de vente d’électricité très bas aux transnationales étrangères (Rio Tinto Alcan, Alcoa et autres) sur le dos des contribuables du Québec qui paient plus cher que jamais leur kilowatts-heures, le temps semble venu de voir à notre meilleur intérêt en multipliant les modes de production d’énergie.

Quatre panneaux solaires sur le toit, de petites éoliennes résidentielles en haut d’une potence-résidentielle et un système de géothermie ne sont que le début. Les façons alternatives de produire de l’énergie doivent être valorisées et pour les riverains, le recours à l’énergie hydrolienne doit l’être aussi.

Alors, quelles sont nos alternatives marines?

On peut penser à l’éolien fluvial et offshore, l’hydrolien, l’houlomoteur (énergie marémotrice) et l’énergie thermique des mers (ETM). Il faut également penser à des modes de production innovateurs comme les éoliennes de Magenn (à Ottawa) qui fonctionnent en plein ciel, là où les flux de vents sont toujours importants (contrairement aux éoliennes au sol qui arrivent à peine à produire 30% de leur plein potentiel). Enfin bref, nous sommes entourés d’énergie et il nous appartient de s’en approvisionner.

Au final, on peut compter sur des avancées ailleurs dans le monde pour faciliter notre accès à des technologies hydroliennes efficaces mais ce serait diablement plus intéressant de profiter de l’occasion pour s’imposer comme leader mondial de cette filière et ainsi profiter économiquement de celle-ci.

Les Québécois ont tout à gagner en diversifiant leurs modes de production d’énergie et l’hydrolien doit absolument faire partie de la matrice de production du futur.

Le rôle des hydroliennes dans la sécurité d’approvisionnement électrique

Written by cgelinas. Posted in Général

Avez-vous déjà pensé à ce qui arriverait, au Québec, si l’électricité venait à manquer pour une période dépassant quelques jours?

Rappelez-vous la grande tempête de verglas qui avait eu lieu en 1998… la vie des gens a été bouleversée.

Ainsi, le 5 janvier 1998, une tempête de pluie verglaçante s’abatait sur plusieurs régions du Canada. De l’est ontarien au Nouveau-Brunswick, des millions de personnes se retrouvent sans électricité, certaines pendant plus d’un mois. Si l’environnement et l’économie souffraient des conditions météorologiques, les habitants des régions touchées par la crise du verglas, eux, en gardent encore le traumatisme.

Même si nous ne manquons pas souvent d’électricité, au Québec, il faut se demander à quel point on s’expose à une catastrophe du genre en ne maximisant pas nos opportunités de produire de l’électricité localement, près de nos quartiers résidentiels, commerciaux et industriels.

Comme des millions de Québécois habitent le long du fleuve St-Laurent, ce serait important de prévoir l’installation d’une nébuleuse d’hydroliennes qui produiraient de l’énergie, de manière constante, pour appuyer le réseau d’Hydro-Québec ou, dans certains cas, le remplacer, totalement.

La force du courant dans le fleuve St-Laurent nous permet d’envisager l’installation d’un grand nombre d’hydroliennes sans impact majeur sur ces courants ou encore, sur la vie marine.

En clair, l’énergie hydrolienne est une manne dont nous ne profitons pas.

Au plan économique, l’achat, l’installation et l’entretien d’une ou de plusieurs éoliennes peut s’avérer plus dispendieux qu’un accès simple au réseau d’Hydro-Québec mais ce réseau achemine l’électricité depuis des barrages situés, pour la majorité, dans le Nord québécois, ce qui nous expose à des catastrophes potentielles advenant un bris, à un endroit ou à un autre, tout le long des lignes de transmission ou pire, directement à l’un ou l’autre des barrages.

Notre « Plan B » serait plus crédible avec l’installation d’hydroliennes opérées localement, près des grands centres urbains, préférablement dans le fleuve St-Laurent ou encore, dans un cours d’eau à débit rapide qui s’y prête.

Et il n’y a pas que les grosses hydroliennes! Il y en a aussi de plus petites qui peuvent servir, à elles seules, à approvisionner des fermes ou de petits quartiers résidentiels.

Il nous faut, pour éviter une catastrophe comme celle du verglas, réduire notre dépendance exclusive au réseau actuel d’Hydro-Québec afin de saisir l’opportunité d’un déploiement d’hydroliennes localement, près de nos milieux de vie.

L’argument économique voulant que les hydroliennes soient trop chères diminuera au fur et à mesure que le volume d’achat de ces appareils ira en augmentant.

Le privé peut avoir un rôle à jouer dans le déploiement des hydroliennes mais c’est à Hydro-Québec de prendre le bâton de pèlerin pour paver la voie à un déploiement harmonieux de ces formidables génératrices sous-marines d’électricité.

Les Québécois ont tout à gagner en rapprochant la source d’énergie du lieu où elle sera consommée.

Y a-t-il une place pour les hydroliennes dans le Plan Nord?

Written by cgelinas. Posted in Général

Le gouvernement du Québec ne mentionne aucun projet d’hydroliennes, en relation avec son Plan Nord.

Même si quelques 80MM$ doivent être investis au cours des 25 prochaines années dans le Plan Nord, il semble que les hydroliennes n’en feront pas partie.

Pourtant, des centaines de cours d’eau à débit suffisant pour installer une ou plusieurs hydroliennes pourraient être mis à profit pour alimenter des installations, dans le Nord du Québec. Que l’on pense aux campements de travailleurs, aux petits villages ou encore aux plus petites mines, les hydroliennes pourraient constituer une alternative écologique.

Si le gouvernement du Québec refuse de se mouiller avec les hydroliennes, sans jeu de mots, il se pourrait que des entreprises veuillent améliorer leur image, en matière d’environnement, en ayant recours à cette technologie sous-marine de génération perpétuelle d’électricité.

Non-seulement les hydroliennes sont plus abordables que jamais mais leur fiabilité aussi va en augmentant.

En tant que citoyen, il y a plusieurs éléments du Plan Nord qui s’avèrent frustrants, à commencer par le fait que les Québécois paient des centaines de millions de dollars pour établir des réseaux routiers pour l’usage quasi-exclusif de transnationales étrangères qui exporteront leurs profits mirobolants vers leurs bureaux-chefs, à l’étranger, sans être dûment taxés, ici, au Québec.

Les hydroliennes ne sont pas les seules technologies de génération d’électricité qu’il aurait été intéressant —et utiles— de voir ajoutées au Plan Nord (on a qu’à penser à Magenn qui fabrique des éoliennes incroyables) mais malgré un départ boiteux, au chapitre des énergies alternatives, il n’est pas trop tard pour les inclure.

Tous les citoyens du Québec ont intérêt à s’intéresser au Plan Nord parce que nous sommes collectivement assis sur une immense mine de profits. De l’or, des diamants, du platine, de l’argent, du zinc, du fer, des terres rares et tant d’autres richesses n’attendent que notre intervention pour être extraites!

Il faudra cependant faire vite parce que grâce à la complicité du « Team Charest », ce sont des transnationales étrangères qui sont PRÉSENTEMENT en train de faire main basse dans notre proverbial garde-manger.

Les hydroliennes mal comprises par plusieurs journalistes

Written by cgelinas. Posted in Général

Les « grands médias » semblent en avoir fini avec leur histoire d’amour pour les hydroliennes!

Alors que plusieurs journalistes étaient enthousiastes à l’idée de voir des hydroliennes installées dans le fleuve St-Laurent, ceux-ci semblent avoir déchanté. Ils n’en ont plus que pour les coûts liés à l’implantation et l’entretien des hydroliennes et en toile de fond, ils semblent incertains quant aux économies que celles-ci pourraient engendrer. Pire, certains journalistes vont même jusqu’à prétendre que des hydroliennes seraient non-rentables!

Il n’y a qu’au Québec où une technologie propre et renouvelable comme l’hydrolien serait mis-à-mal pour de telles raisons, surtout dans le contexte où l’on est en quelque sorte forcés d’injecter un autre milliard et demi dans la centrale électrique Gentilly 2 qui carbure au nucléaire!

Que des journalistes perdent leur intérêt pour l’hydrolien, c’est une chose mais de prétendre que ce ne serait pas viable, au plan économique, c’est exagéré.

Il faut savoir que ceux qui tentent de faire avancer la filière hydrolienne le font pour économiser grâce une énergie renouvelable, certes mais aussi pour en finir avec l’énergie nucléaire d’appoint qui est censée palier aux besoins énergétiques de pointe, en hiver. Des éoliennes pourraient fournir une bonne partie de cette énergie sans présenter les dangers du nucléaire (la catastrophe de Fukushima devrait nous guider, dans nos choix de société).

Qu’importe ce qu’en pensent certains journalistes —que vous avez probablement lu— sachez qu’il existe encore d’excellentes raisons d’investir dans des technologies hydroliennes.

L’eau est en mouvement depuis toujours alors ce serait bête de se passer d’une énergie aussi propre et renouvelable que celle-là!

RER propulse l’hydrolien québécois

Written by cgelinas. Posted in Général

François Guérard a récemment publié un article intitulé « L’énergie du fond de l’eau« , pour le compte de l’Actualité.

Voici ce qu’il y a écrit, en date du 20 mai 2011:

Dans une petite usine en bordure de l’autoroute 40, dans l’ouest de Montréal, des ingénieurs serrent les derniers boulons d’une machine qui pourrait un jour être célébrée comme le Saint-Graal de l’hydroélec­tricité. Ce prototype d’hydrolienne de la société RER (Recherche en énergie renouvelable) ressemble au moteur d’un gros avion de ligne. Il ira bientôt rejoindre sa sœur, une hydrolienne identique installée l’été dernier sur le lit du fleuve Saint-Laurent, dans le Vieux-Port de Montréal. En exploitant la force du courant, celle-ci génère assez d’électricité pour subvenir aux besoins de 120 foyers. Une électricité verte produite sans causer les dégâts d’un barrage. Et sans ajouter de gigantesques tours munies de pales dans le paysage.

L’intérêt pour l’hydrolienne québécoise est grand : le deuxième proto­type n’est même pas encore sous l’eau qu’une commande de 826 appareils a déjà été passée – commande qui pourrait s’élever à trois milliards de dollars ! À elle seule, l’usine de RER, à peine plus grande que le garage d’un concessionnaire, ne suffira pas à répondre à une telle demande. Il faudra en construire une plus vaste et embaucher des dizaines d’ouvriers. Le client et le lieu de construction de la nouvelle usine seront annoncés prochainement, indique le grand patron de RER, Imad Hamad, Libanais d’origine qui s’est établi au Québec en 1989.

Il y a quatre ans, avant de lancer le programme des hydroliennes, cet ingénieur en électromécanique de 47 ans s’est penché sur l’état de cette jeune filière, née en Europe. « Il existe très peu d’hydroliennes adaptées aux rivières. La grande majorité d’entre elles ont été conçues pour exploiter les courants marins, au large des côtes », dit-il. Pour le Canada, qui possède de grandes rivières à fort débit, le potentiel est immense.

« Il serait hors de question de construire un barrage hydroélectrique sur le Saint-Laurent, précise Imad Hamad. Mais avec des hydroliennes, le fleuve peut se mettre, lui aussi, à alimenter le réseau d’Hydro-Québec ! »

Assez rafraîchissant, non?

Imaginez notre potentiel de production d’énergie dans les eaux du majestueux, c’est vraiment intéressant.

Développement d’un parc d’hydroliennes en milieu fluvial

Written by cgelinas. Posted in Général

L’économie verte du Québec se tourne désormais vers le majestueux fleuve St-Laurent pour produire de l’énergie proprement et de manière durable.

Le mardi 27 juillet 2010, à Montréal, la vice-première ministre, ministre des Ressources naturelles et de la Faune et ministre responsable du Plan Nord, Mme Nathalie Normandeau, et la présidente-directrice générale de l’Agence de l’efficacité énergétique, Mme Luce Asselin, annoncent aujourd’hui qu’une aide financière de 3 M$ est accordée à RSW RER Ltée pour l’installation de deux hydroliennes en milieu fluvial dans la région de Montréal, un projet estimé à 10 M$.

« Notre gouvernement est fier de s’associer à ce projet qui valorise l’émergence de technologies vertes. Au Québec, nous disposons d’un immense potentiel hydraulique non exploité qui peut maintenant être valorisé grâce aux nouvelles technologies. La production hydrolienne peut offrir d’autres solutions aux défis auxquels sont confrontés les réseaux isolés tels que ceux du Nord-du-Québec qui sont de grands consommateurs d’énergies fossiles. En soutenant des projets comme celui de RSW RER Ltée, nous contribuons à créer des emplois et à soutenir des entreprises de la région métropolitaine », a déclaré Mme Nathalie Normandeau.

L’aide contribuera à faire la démonstration du fonctionnement, de la performance et de la rentabilité des deux hydroliennes basées sur la technologie de récupération de l’énergie cinétique (TREC) par l’intermédiaire de prototypes de puissance maximale de deux mégawatts installés en milieu fluvial.

La mise en fonction des prototypes se fera au cours du mois d’août.

C’est l’Agence de l’efficacité énergétique qui versera l’aide financière de 3 M$ dans le cadre de son Programme de démonstration des technologies vertes visant la réduction des émissions de GES – Technoclimat qui découle de l’action 20 du Plan d’action sur les changements climatiques 2006-2012 (PACC).

« Notre programme s’adresse aux entreprises établies au Québec qui font la démonstration de technologies novatrices et émergentes. L’Agence est fière de contribuer à ce projet d’envergure et d’être un partenaire de premier plan pour soutenir cette initiative locale dont découleront plusieurs projets prometteurs », a ajouté Mme Luce Asselin.

L’Agence de l’efficacité énergétique a pour mission, dans une perspective de développement durable, de promouvoir l’efficacité énergétique et le développement de nouvelles technologies énergétiques pour toutes les formes d’énergie, dans tous les secteurs d’activité, au bénéfice de l’ensemble des citoyens des régions du Québec.

Bien qu’il s’agisse d’une initiative fort louable, il faudrait penser à encourager des compagnies québécoises et non uniquement des compagnies étrangères.

Qui plus est, il s’agit d’une technologie parmi d’autres pour les hydroliennes et il ne faudrait pas négliger les alternatives.

En définitive, nous assistons aux débuts d’une nouvelle filière de production d’énergie propre, au Québec.

Pubs